DREEM, un casque pour révolutionner notre sommeil ?

Un casque audio qui vous permet de vous endormir plus vite et d’avoir un sommeil profond : de la science-fiction ? Plus maintenant ! La startup Rythm peut se réjouir d’avoir boucler une deuxième levée de fonds qui va lui permettre de développer et d’accélérer la commercialisation de son produit qu’elle annonce comme révolutionnaire : son case Dreem.

 

Rythm séduit de nouveaux investisseurs

Comme nous l’avons vu dans de précédents articles, nous entretenons un rapport inégal au sommeil. Sensibilité au stress et aux bruits ambiants, rythmes biologiques différents – rythmes cardiaques, battements des paupières… -, certains parviennent à s’endormir partout en un rien de temps, alors que d’autres ont besoin de plus de temps pour rejoindre le monde onirique et dormir d’un sommeil profond qui leur permettrait d’être plus frais et plus alerte au réveil. Un problème de taille puisque nous passons en moyenne près d’un tiers de notre vie à dormir. Mais, à “un problème complexe, une solution complète”. Tel est le slogan de la startup Rythm qui est parvenue à boucler une deuxième levée de fonds pour son projet de casque Dreem.

 

Déjà en 2016, l’entreprise française avait réussi à lever 10 millions d’euros pour lancer son initiative. Un an après, les premiers résultats de l’entreprise et ses perspectives d’avenir ont convaincu le fonds Maif Avenir, de l’assurance Maif, et Xavier Niel, d’injecter un nouvel apport en capital dans l’entreprise, qui va lui permettre de “brûler du cash” – dit-on en langage de startuper -, afin de développer son produit. Grâce à cette nouvelle levée de fonds, Rythm renforce sa crédibilité auprès des consommateurs et va pouvoir engager de nouveaux investissements en Recherche et Développement afin de “transmettre au grand public cette nouvelle manière de faire évoluer son sommeil”, selon les mots de Hugo Mercier, co-fondateur de la startup.

 

Le concept  

 

Le casque combine trois éléments qui doivent permettre aux personnes qui ont du mal à s’endormir et de trouver un sommeil profond et de tomber entièrement “dans les bras de Morphée” : des sons relaxants, des exercices respiratoires, et des mots choisis plus ou moins aléatoirement afin de rompre les cheminements cognitifs et logiques qui nous tiennent loin du sommeil.

 

Par ces sons relaxants (le bruit d’une rivière ou de la mer sur le rivage, des oiseaux exotiques, du vent contre une falaise…), le casque Dreem vise à vous détourner des bruits ambiants de votre environnement qui peuvent vous distraire lorsque vous cherchez le sommeil.

Les exercices respiratoires proposés par le casque doivent aussi vous permettre de relaxer vos muscles et de ralentir votre activité cérébrale. En effet, comme on l’a vu dans de précédents articles, ces exercices (comme le 4-7-8) sont d’une efficacité réelle en ce que la respiration contribue à dicter les rythmes biologiques qui impactent le sommeil.

 

Enfin, la troisième fonctionnalité vous livrera des mots choisis aléatoirement selon des thèmes présélectionnés, qui vous détourneront des pensées qui vous handicapent lorsque vous essayez de vous endormir – “la discussion tendue avec votre supérieur, où vous auriez dû dire ceci plutôt que celà, l’estimation d’un prêt immobilier, votre cerveau est trop occupé pour vous laisser dormir” écrit le site internet de Rythm.

 

Une innovation semble-t-il majeure au regard des fonds investis par ceux qui croient en ce projet (22 millions d’euros au total depuis la création de l’entreprise). Toutefois, cette petite pépite a pour l’instant un coût qui pourrait refroidir plus d’une personne souffrant d’insomnie. Jusqu’au 15 juillet, le casque est en pré-vente au prix de 399 euros. Et il passera après cette date à 499 euros. Tout de même une belle somme…